H'Elles On Stage V

06 Octobre 2012

MJC Ô Totem, Rillieux-la-Pape








Auteur :

Elfe Melwynn & Tuco


Partager

Partager sur Facebook Partager sur MySpace Partager sur Twitter Partager sur Google Buzz

Arkona + Dalriada + Lovelorn Dolls + Asylum Pyre + Cephee Lyra + Elferya + Dreamslave

En ce début d’automne 2012, voici le retour du fameux H’Elles On Stage, ou HOS pour les intimes. Ce petit festival 100% chant féminin s’est, depuis 5 ans maintenant, ancré dans la tradition Lyonnaise pour le métalleux adepte de ce genre de musique douce (ou pas, d’ailleurs). Pour l’édition de l’année dernière, l’équipe des Femâles avait déjà évolué vers un évènement en 2 parties sur 2 jours bien distincts dont le deuxième était à la MJC Ô Totem de Rillieux-la-Pape, banlieue Lyonnaise (pas très bien fréquentée, au passage). Cependant pour la première fois cette année, les filles ont décidé de nous offrir 2 soirées de suite, comme pour un vrai festival, et ont totalement déserté notre bon vieux CCO où elles avaient élu domicile depuis la deuxième édition, pour tout délocaliser dans cette contrée lointaine qu’est Rillieux, où les bus ne circulent plus après les concerts (qui ne se terminent jamais avant minuit là-bas…). Certes cette salle est super, toute récente, avec un son correct, mais tellement mal située quand on n’a pas de voiture… Du coup je n’ai que eu l’occasion d’assister à la deuxième, et meilleure des deux il faut l’avouer, soirée HOS.


Dreamslave


Début de la soirée prévue à 17h (ahum c’est tôt pour un concert), c’est vers 17h15 que nous arrivons sur place et que nous constatons avec étonnement que le set de Dreamslave a déjà commencé !! Ce groupe Lyonnais, que j’avais déjà vu au Métal Café un peu plus tôt dans l’année, joue un métal symphonique assez commun avec un chant lyrique féminin globalement assez agréable qui se veut proche d’un Nightwish de la bonne époque (comprenez avec Tarja). Cependant le groupe est jeune (2011) et a encore beaucoup de chemin à parcourir, on sent que ça manque un peu d’assurance. Le rendu n’est néanmoins pas mal du tout, mis à part le fait qu’on n’entendait pas toujours bien Emma, la chanteuse, dans les parties où elle s’aventurait dans un chant moins lyrique (dû à un mauvais réglage du son ou à une voix trop faible ? Je ne sais pas). Une entrée en matière plutôt sympa mais sans plus, dont nous avons loupé la moitié de la courte prestation.


Elferya


C’est Elferya qui enchaîne, avec un visuel gothique assez cliché (une croix celtique, une rose, des ailes…). Les Suisses proposent un métal symphonique idem à leurs prédécesseurs, avec quelques années d’expériences en plus (juste un chouïa puisqu’ils se sont formés en 2008). Les balances laissaient présager un groupe aux sonorités celtiques avec présence d’un violon et d’une flûte mais finalement ça n’en sera qu’une infime partie. Rien d’original ni de transcendant avec ce groupe mais une petite trentaine de minutes agréables en leur compagnie. La chanteuse, Claire-Lyse, se débrouille pas trop mal dans un registre cette fois-ci plus proche d’une Simone Simons avec des chansons très mélodiques. Peu avant la fin de leur set ils invitent des amis sur scène au violon et à la flûte l’instant d’un instrumental aux fortes tendances celtiques, c’était vraiment magnifique. C’était un peu là comme un cheveu sur la soupe, certes très agréable mais on se demande ce que ça vient faire ici ? Il aurait été génial que le groupe ajoute ces instruments dans toutes ses compositions. Mais bon. J’ai quand même bien accroché à leur style même si ça reste assez classique.


Cephee Lyra


Ensuite c’est au tour de Cephee Lyra. Un groupe de la région qui officie dans un métal progressif, selon eux. Un métal pas symphonique ni vraiment lyrique (sauf quelques passages) pour le coup, mais avec une chanteuse, Maud, qui a une voix assez spéciale. Pour ma part je la qualifierai de « pas supportable plus de 2-3 chansons », mais ce n’est qu’un avis personnel, je n’ai pas du tout accroché. Elle a une voix sans mélodie, sans harmonie, je trouve. Froide et monotone. Etrange. En plus on a failli les confondre avec Asylum Pyre vu que le drapeau de ces derniers était déjà étendu dans le fond de la scène…


Asylum Pyre


Les choses s’améliorent avec Asylum Pyre justement, groupe de métal Français assez inclassable puisqu’ils mélangent pas mal de styles tout en restant sur une base très mélodique. Chaos Heidi (la chanteuse – référence à Sepultura ??) maîtrise assez bien les envolées lyriques mais aussi le chant un peu plus Rock et c’est très plaisant à écouter. J’ai hâte que leur nouvel album Fifty Years Later sorte fin novembre pour voir ce que ça donne sur CD. La miss est pourtant arrivée récemment dans le groupe et elle semble parfaitement à l’aise avec leur registre. « These Trees » est mon petit coup de cœur de leur set. Un groupe fort prometteur qui mérite qu’on aille les voir en concert.


Lovelorn Dolls


Encore un passage étrange avec Lovelorn Dolls, des Belges qui jouent du Dark Rock Alternatif. Je suis totalement mitigée à leur sujet. Leur style n’est pas lyrique, pas métal, pas habituel mais ressemble tout de même fortement à un mélange de choses existantes. J’y vois une très forte ressemblance avec Lacuna Coil au niveau du type de chant, une voix spéciale et chaude, mais aussi au niveau vestimentaire, les hommes étant très sobres en chemise et cravate. J’y vois aussi par moment des attitudes et des sonorités dans la voix de Lady Hell me rappelant légèrement Alanis Morissette. Certains rapprochent ce groupe à Evanescence ou autre groupes plus rock. En tout cas il y a quelque chose de plaisant dans leur musique mais en même temps aussi quelque chose de terriblement dérangeant et je ne saurai dire quoi. Quelque chose qui fait que, en fait non je n’accroche pas vraiment. Mais incapable de dire pourquoi. Certains morceaux passent bien, d’autres pas du tout. En acoustique ça a l’air bien (de ce que j’ai vu sur Youtube). Mais là c’était un peu bizarre et pas vraiment original au fond.


Dalriada


Vient ensuite la pire boulette de la soirée, et pourtant le groupe qu’on attendait le plus de voir en live. Dalriada, des Hongrois à la sauce Pagan-Folk. Sur CD c’est génial, ça envoie ! Le groupe débarque sur scène et déjà la chanteuse nous semble bizarre, une dame d’un certain âge, cheveux noirs. « Tiens elle est pas blonde la chanteuse normalement ? Et pas plus jeune aussi ? » se dit-on. Hmm… Peut-être qu’on se trompe, on vérifiera. Le concert commence, c’est déjà le carnage, le son est mal réglé pour tout le monde. Le groupe demande quelques changements à l’ingé son, mais ça ne résout pas grand-chose. Le son est beaucoup trop fort, et la batterie surtout est très mal réglée. Quand le batteur, Tadeusz, qui chante aussi et fait la plupart des annonces pour le groupe, dit quelque chose dans le micro ça fait trembler la batterie (trop de retours ?). Les musiques s’enchainent mais semblent bien brouillon, en tout cas c’est très loin de ce qu’on a l’habitude d’entendre sur album. Le public lui n’a pas l’air trop perturbé, les gens sont apparemment très contents de les voir et l’ambiance est bien meilleure que pour tous les groupes précédents (il y a aussi beaucoup plus de monde dans la salle). Après recherche, je ne comprend toujours pas, cette histoire reste un mystère. La chanteuse, Laura, est effectivement une jeunette blonde, sa voix sur les CD fait également plus « jeune » que la femme que nous avions en face de nous au HOS. Seulement le groupe ne mentionne nulle part un changement de line-up ou un remplacement de Laura pour X raison. A moins qu’elle est vieilli et pris 20 ans en l’espace de quelques mois et qu’elle se soit teint les cheveux ? Mais je pencherais plutôt pour l’explication là : nous nous sommes fait rouler et Dalriada nous a offert un concert au rabais j’ai l’impression. [Réponse de Mag des Femâles : Laura étant enceinte, elle a été remplacée sur la tournée par Anita Kun (chanteuse du groupe Ideas), mais effectivement personne n'était au courant, ils ne l'ont pas annoncé]. Une grosse déception pour ce set qui aurait pu être l’un des meilleurs de la soirée si le son avait été correct (d’ailleurs pour tous les autres groupes il n’y a eu aucun souci, je ne comprend vraiment pas). Leur prestation aura été très courte en plus, 30min comme les autres, parce qu’il faut enchainer, que l’heure tourne et qu’il faut laisser du temps à Arkona, il se sont donc un peu fait jeter de la scène.


Dalriada


Après avoir bien mis leur temps pour faire leurs balances (ils sont arrivés à la bourre en plein milieu de soirée), les musiciens d’Arkona démarrent enfin leur set. Chaque fois que ces Russes mettent les pieds dans la région Lyonnaise, c’est l’euphorie ! Et me vient surtout en tête le concert au Lyon’s Hall en 2010 où il y avait un monde fou pour la si petite capacité de la salle qui s’est littéralement transformée en sauna ce soir là. Je crois que je n’ai jamais perdu autant d’eau qu’à ce concert. Mémorable. Ce soir c’est un peu moins critique, il y a plus de place. Mais le public est ultra motivé quand même et il fait très chaud dans la MJC. Fidèles à leurs habitudes, les membres du groupe sont vêtus de peaux de bêtes et doivent probablement mourir de chaud. Musicalement c’est très bon, comme toujours. Leur folk métal à tendance Death est puissant et efficace, le son est tiptop, Masha est toujours si peu féminine et n’a rien à envier aux grosses voix mâles du Death. Bref, Arkona reste Arkona et c’est à voir au moins une fois dans sa vie pour tout bon métalleux qui se respecte et qui veut prendre une bonne claque ! Contrairement à leurs collègues qui ont tous dû se limiter à 30min de set, Arkona aura le privilège de nous offrir une bonne heure de show et même un rappel. Les classiques y étaient, 2-3 nouveautés également du petit dernier Slovo. Un très bon concert, pas besoin d’en faire des fioritures, puisque le groupe lui-même s’en passe très bien. Ils ont trouvé leur filon, c’est original et assez direct, c’est du lourd !


Arkona


Et mine de rien il est tout de même déjà presque 1h du matin quand l’édition V du H’Elles On Stage se termine, et après 8h de concert dans les pattes, on est contents de rentrer retrouver notre lit douillet. Globalement il y a eu du bon et du moins bon dans cette journée afin d’essayer de satisfaire tous les fans de chanteuses métal. De très bonnes surprises (pas aussi bonnes qu’avec Aperion l’an dernier mais bon…) avec Asylum Pyre ou encore Elferya. De mauvaises expériences avec Dalriada qui aurait pourtant dû être la « Découverte » de la soirée. Et des hauts et des bas pour le reste, selon les goûts de chacun. Mais je pense que le public a su y trouver son compte quoi qu’il arrive. Un grand merci aux Femâles, et à l’année prochaine pour la 6ème !


Arkona


Retour aux Concerts

Commentaires

  • De sokuchin, posté le 25/10/2012 à 03h42

    dommage pour Dalriada ! moi qui adore ce groupe j'aurai été dégouté ! sympa la revue !!mais ça donne pas trop envie d'aller dans ce festoche...


Ajouter un commentaire

Pseudo
Email
Recharger
Recopier le code: